De Wellington a Sydney, illuminees par les habituels feux d’artifice, l’Oceanie a tourne le dos la premiere a une annee 2009 marquee par les effets devastateurs de la crise financiere mondiale, mais aussi par les conflits armes et les attentats terroristes.
De Wellington a Sydney, illuminees par les habituels feux d’artifice, l’Oceanie est entree dans la nouvelle decennie tot vendredi 31 decembre, tournant le dos la premiere a une annee 2009 marquee par les effets devastateurs de la crise financiere mondiale, mais aussi par les conflits armes et les attentats terroristes.
Malgre les festivites de circonstance, la menace terroriste continuait de planer apres l’attentat manque sur un avion de la Northwest Airlines et l’alerte lancee jeudi par le gouverneur de l’ile indonesienne de Bali, qui craignait une attaque le soir du reveillon.
Dans un communique relaye par l’ambassade des Etats-Unis a Djakarta, Mangku Pastika explique qu’il y a „des indications d’un attentat contre Bali ce soir” et appelle a la vigilance. Sa mise en garde survient huit ans apres le double attentat qui avait frappe l’ile et six mois apres un autre double attentat-suicide contre des hotels de luxe de Djakarta, qui avait cause la mort de sept personnes.
1,5 million de personnes attendues a Sydney
L’ambiance etait plus a la fete en Australie et en Nouvelle-Zelande, bien que la crise y ait laisse des traces, a la fois dans les economies et les esprits. A Sydney, comme pour conjurer le mauvais sort et faire oublier la grisaille du ciel d’ete, il avait ete demande a la foule rassemblee autour du port de porter du bleu, la couleur du feu d’artifice tire au-dessus du celebre Harbour Bridge.
„Sydney est une ville sentimentale, sexy et sophistiquee. Elle veut reveiller l’esprit qui sommeille en elle pour l’annee a venir”, a explique Rodha Roberts, le tres exalte metteur en scene de ces festivites, ou pas moins de 1,5 million de personnes etaient attendues.
Les Australiens ont toutefois ete appeles a moderer leur consommation d’alcool, la police invitant les „irresponsables incapables de se controler” a rester chez eux, faute de quoi ils commenceraient l’annee en prison.
Pas de ceremonie officielle en Chine
A Wellington, le passage au Nouvel An a egalement ete rythme par les bals, les concerts et les spectacles pyrotechniques, ouvrant la voie aux celebrations dans le Pacifique Sud, puis en Asie du Sud-Est.
Plusieurs millions de Japonais s’appretaient a entrer dans 2010 en priant dans des lieux de culte comme le temple bouddhiste Sensoji de Tokyo pour que l’annee nouvelle leur soit favorable.
A Pekin, le president Hu Jintao devait s’adresser au peuple chinois pour l’occasion mais aucune ceremonie officielle n’etait programmee. La Thailande a de son cote interdit tout tir de feux d’artifice sur son territoire apres l’incendie qui avait fait 66 morts dans une discotheque de Bangkok le 31 decembre 2008.
Des petards aux bombes
Aux Philippines, les appels a la prudence lances par les autorites n’ont pas suffi pour empecher le traditionnel dechainement de petards et autres feux d’artifice artisanaux. Selon le ministre de la Sante Francisco Duque, le bilan s’elevait en debut de soiree a 230 blesses et risquait fort de doubler au passage de minuit.
Plus a l’ouest, la Turquie esperait eviter les violences de l’annee derniere. Le gouverneur d’Istanbul, Muammer Guler, a ainsi fait etat du deploiement de 2.000 policiers, certains deguises en peres Noel, autour de la place Taksim, haut-lieu des festivites stambouliotes.
En revanche, en Afghanistan et au Pakistan, ou se succedent des attentats meurtriers revendiques par les talibans, l’heure etait plus au deuil qu’a la fete en ce dernier jour de 2009.
(Nouvelobs.com)

Read the article on Nouvel Observateur

L’Oceanie quitte la decennie en premier

De Wellington a Sydney, illuminees par les habituels feux d’artifice, l’Oceanie a tourne le dos la premiere a une annee 2009 marquee par les effets devastateurs de la crise financiere mondiale, mais aussi par les conflits armes et les attentats terroristes.
De Wellington a Sydney, illuminees par les habituels feux d’artifice, l’Oceanie est entree dans la nouvelle decennie tot vendredi 31 decembre, tournant le dos la premiere a une annee 2009 marquee par les effets devastateurs de la crise financiere mondiale, mais aussi par les conflits armes et les attentats terroristes.
Malgre les festivites de circonstance, la menace terroriste continuait de planer apres l’attentat manque sur un avion de la Northwest Airlines et l’alerte lancee jeudi par le gouverneur de l’ile indonesienne de Bali, qui craignait une attaque le soir du reveillon.
Dans un communique relaye par l’ambassade des Etats-Unis a Djakarta, Mangku Pastika explique qu’il y a „des indications d’un attentat contre Bali ce soir” et appelle a la vigilance. Sa mise en garde survient huit ans apres le double attentat qui avait frappe l’ile et six mois apres un autre double attentat-suicide contre des hotels de luxe de Djakarta, qui avait cause la mort de sept personnes.
1,5 million de personnes attendues a Sydney
L’ambiance etait plus a la fete en Australie et en Nouvelle-Zelande, bien que la crise y ait laisse des traces, a la fois dans les economies et les esprits. A Sydney, comme pour conjurer le mauvais sort et faire oublier la grisaille du ciel d’ete, il avait ete demande a la foule rassemblee autour du port de porter du bleu, la couleur du feu d’artifice tire au-dessus du celebre Harbour Bridge.
„Sydney est une ville sentimentale, sexy et sophistiquee. Elle veut reveiller l’esprit qui sommeille en elle pour l’annee a venir”, a explique Rodha Roberts, le tres exalte metteur en scene de ces festivites, ou pas moins de 1,5 million de personnes etaient attendues.
Les Australiens ont toutefois ete appeles a moderer leur consommation d’alcool, la police invitant les „irresponsables incapables de se controler” a rester chez eux, faute de quoi ils commenceraient l’annee en prison.
Pas de ceremonie officielle en Chine
A Wellington, le passage au Nouvel An a egalement ete rythme par les bals, les concerts et les spectacles pyrotechniques, ouvrant la voie aux celebrations dans le Pacifique Sud, puis en Asie du Sud-Est.
Plusieurs millions de Japonais s’appretaient a entrer dans 2010 en priant dans des lieux de culte comme le temple bouddhiste Sensoji de Tokyo pour que l’annee nouvelle leur soit favorable.
A Pekin, le president Hu Jintao devait s’adresser au peuple chinois pour l’occasion mais aucune ceremonie officielle n’etait programmee. La Thailande a de son cote interdit tout tir de feux d’artifice sur son territoire apres l’incendie qui avait fait 66 morts dans une discotheque de Bangkok le 31 decembre 2008.
Des petards aux bombes
Aux Philippines, les appels a la prudence lances par les autorites n’ont pas suffi pour empecher le traditionnel dechainement de petards et autres feux d’artifice artisanaux. Selon le ministre de la Sante Francisco Duque, le bilan s’elevait en debut de soiree a 230 blesses et risquait fort de doubler au passage de minuit.
Plus a l’ouest, la Turquie esperait eviter les violences de l’annee derniere. Le gouverneur d’Istanbul, Muammer Guler, a ainsi fait etat du deploiement de 2.000 policiers, certains deguises en peres Noel, autour de la place Taksim, haut-lieu des festivites stambouliotes.
En revanche, en Afghanistan et au Pakistan, ou se succedent des attentats meurtriers revendiques par les talibans, l’heure etait plus au deuil qu’a la fete en ce dernier jour de 2009.
(Nouvelobs.com)

Read the article on Nouvel Observateur

Postat de pe data de 30 nov., 2009 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 402 ori.

Publica un raspuns