L’Eglise orthodoxe roumaine reproche au Conseil national d’etude des archives de la Securitate (CNSAS) de mener des campagnes de denigrement a son encontre. Le CNSAS se defend et rappelle la loi sur le droit d’acces aux archives

Photo : J.M.

Le metropolite de Cluj, „martyr ou tortionnaire de la prison d’Aiud” sous le regime communiste ? Cette question, c’est un journaliste du quotidien Evenimentul Zilei qui se la pose dans un article paru le 12 janvier. Temoignages d’anciens detenus a l’appui, ce dernier veut demontrer le role de collaborateur qu’a eu Valeriu Anania a l’epoque des faits. Arrete par la Securitate et enferme pendant six ans dans la prison d’Aiud entre 1958 et 1964, le jeune pretre aurait choisi de collaborer avec les tortionnaires pour jouer „un role important dans le processus de reeducation des detenus”, peut-on lire. Cet article se base notamment sur une note du CNSAS, rendue publique le 22 janvier 2008, qui affirme que Valeriu Anania a collabore avec la Securitate sous le nom de code „Apostol”. Ces accusations ont suscite la colere des autorites religieuses. Le bureau de presse de la Metropolie de Cluj a remis au journal Evenimentul Zilei un droit de replique, dans lequel elle insiste sur le manque de preuves „concluantes et indubitables” du journaliste dans les accusations qu’il porte. Quelques jours plus tard, c’est la Patriarchie roumaine elle-meme qui, par le biais d’un communique de presse, accuse une campagne de „denigrement” du clerge orthodoxe par des fuites d’informations „douteuses” vers des „mercenaires mediatiques” et d’autres personnes qui cherchent „a humilier et a frapper” les serviteurs de l’Eglise avant l’avis des instances civiles.

„Le CNSAS continue de montrer son incapacite a evaluer de facon objective l’attitude du clerge orthodoxe devant le regime communiste”, peut-on encore lire dans ce communique. Les accusations proferees par la Patriarchie roumaine ont ete repoussees immediatement par les representants du CNSAS. „Nous ne dirigeons aucune campagne contre aucune institution en general, encore moins contre un culte entier. S’il est question de documents apparus dans la presse ces dernieres semaines, ceux-ci n’ont pas ete donnes par le CNSAS mais par des personnes qui les ont obtenus en vertu du droit d’acces aux dossiers”, a repondu Claudiu Secasiu, l’un des membres du college du CNSAS, cite par l’agence de presse NewsIn. Une explication qui est loin de satisfaire les prelats. Contacte par Lepetitjournal.com, le pretre Constantin Necula, de l’archiepiscopat de Sibiu accuse „l’obstination” avec laquelle le CNSAS s’applique a decredibiliser l’Eglise orthodoxe. Pour lui, les „campagnes” menees par le CNSAS a l’encontre de l’Eglise servent des „interets politiques” et en aucun cas la „verite historique” (…) „L’Eglise est depassee par toutes ces accusations. C’est certain qu’aujourd’hui, elle doit reconnaitre ses fautes”, admet-il, mais sans que les collaborateurs soient faits „criminels”… „Les vrais criminels promenent aujourd’hui leurs enfants dans les parcs et vont tous les dimanches a l’Eglise”, conclut-il avec colere. Jonas Mercier (www.lepetitjournal.com / Bucarest) lundi 25 janvier 2010

Jusqu’au 4 fevrier, les „Contes de l’age d’or”(1&2), coordonnes par Cristian Mungiu, seront projetes avec sous-titres en francais a la salle Elvire Popesco de l’Institut francais de Bucarest. Seances :

Mercredi 27 janvier / Jeudi 28 janvier – 18h00 / 20h00.

Vendredi 29 janvier, et du lundi 1er au jeudi 4 fevrier – 18h00 / 20h00.

Samedi 30 janvier et dimanche 31 janvier – 16h00 / 18h00 / 20h00.

22h, TV5Monde, „Bonhomme de chemin” (France/2004) de Frederic Mermoud, avec Rufus et Bruno Todeschini.

19h, Ateneul roman, quartet Ertho. Au programme : Mozart, Sostakovici et Brahms.

17h30, salle Elvire Popesco de l’Institut francais, „Le chasseur de la Securitate” de Mirel Bran et Jonas Mercier. Film documentaire, version roumaine sous-titree en francais.

22h, TV5Monde, „La traque des nazis” (France-Belgique-Suisse/2006), film documentaire de Daniel Costelle et Isabelle Clarke.

23h10, TVR2, „The passion of Darkly Noon” (USA-UK/1995) de Philip Ridley, avec Brendan Fraser, Ashley Jude et Vigo Mortensen.

20h, Librairie-cafe Carturesti de l’Institut francais, Atelier des images avec Christian Boltanski : Salto Arte. Regard retrospectif sur l’art video dans les annees 1970.

Read the article on lepetitjournal.com

BUCAREST/SOCIETE – L’Eglise orthodoxe accuse le CNSAS de vouloir la discrediter

L’Eglise orthodoxe roumaine reproche au Conseil national d’etude des archives de la Securitate (CNSAS) de mener des campagnes de denigrement a son encontre. Le CNSAS se defend et rappelle la loi sur le droit d’acces aux archives

Photo : J.M.

Le metropolite de Cluj, „martyr ou tortionnaire de la prison d’Aiud” sous le regime communiste ? Cette question, c’est un journaliste du quotidien Evenimentul Zilei qui se la pose dans un article paru le 12 janvier. Temoignages d’anciens detenus a l’appui, ce dernier veut demontrer le role de collaborateur qu’a eu Valeriu Anania a l’epoque des faits. Arrete par la Securitate et enferme pendant six ans dans la prison d’Aiud entre 1958 et 1964, le jeune pretre aurait choisi de collaborer avec les tortionnaires pour jouer „un role important dans le processus de reeducation des detenus”, peut-on lire. Cet article se base notamment sur une note du CNSAS, rendue publique le 22 janvier 2008, qui affirme que Valeriu Anania a collabore avec la Securitate sous le nom de code „Apostol”. Ces accusations ont suscite la colere des autorites religieuses. Le bureau de presse de la Metropolie de Cluj a remis au journal Evenimentul Zilei un droit de replique, dans lequel elle insiste sur le manque de preuves „concluantes et indubitables” du journaliste dans les accusations qu’il porte. Quelques jours plus tard, c’est la Patriarchie roumaine elle-meme qui, par le biais d’un communique de presse, accuse une campagne de „denigrement” du clerge orthodoxe par des fuites d’informations „douteuses” vers des „mercenaires mediatiques” et d’autres personnes qui cherchent „a humilier et a frapper” les serviteurs de l’Eglise avant l’avis des instances civiles.

„Le CNSAS continue de montrer son incapacite a evaluer de facon objective l’attitude du clerge orthodoxe devant le regime communiste”, peut-on encore lire dans ce communique. Les accusations proferees par la Patriarchie roumaine ont ete repoussees immediatement par les representants du CNSAS. „Nous ne dirigeons aucune campagne contre aucune institution en general, encore moins contre un culte entier. S’il est question de documents apparus dans la presse ces dernieres semaines, ceux-ci n’ont pas ete donnes par le CNSAS mais par des personnes qui les ont obtenus en vertu du droit d’acces aux dossiers”, a repondu Claudiu Secasiu, l’un des membres du college du CNSAS, cite par l’agence de presse NewsIn. Une explication qui est loin de satisfaire les prelats. Contacte par Lepetitjournal.com, le pretre Constantin Necula, de l’archiepiscopat de Sibiu accuse „l’obstination” avec laquelle le CNSAS s’applique a decredibiliser l’Eglise orthodoxe. Pour lui, les „campagnes” menees par le CNSAS a l’encontre de l’Eglise servent des „interets politiques” et en aucun cas la „verite historique” (…) „L’Eglise est depassee par toutes ces accusations. C’est certain qu’aujourd’hui, elle doit reconnaitre ses fautes”, admet-il, mais sans que les collaborateurs soient faits „criminels”… „Les vrais criminels promenent aujourd’hui leurs enfants dans les parcs et vont tous les dimanches a l’Eglise”, conclut-il avec colere. Jonas Mercier (www.lepetitjournal.com / Bucarest) lundi 25 janvier 2010

Jusqu’au 4 fevrier, les „Contes de l’age d’or”(1&2), coordonnes par Cristian Mungiu, seront projetes avec sous-titres en francais a la salle Elvire Popesco de l’Institut francais de Bucarest. Seances :

Mercredi 27 janvier / Jeudi 28 janvier – 18h00 / 20h00.

Vendredi 29 janvier, et du lundi 1er au jeudi 4 fevrier – 18h00 / 20h00.

Samedi 30 janvier et dimanche 31 janvier – 16h00 / 18h00 / 20h00.

22h, TV5Monde, „Bonhomme de chemin” (France/2004) de Frederic Mermoud, avec Rufus et Bruno Todeschini.

19h, Ateneul roman, quartet Ertho. Au programme : Mozart, Sostakovici et Brahms.

17h30, salle Elvire Popesco de l’Institut francais, „Le chasseur de la Securitate” de Mirel Bran et Jonas Mercier. Film documentaire, version roumaine sous-titree en francais.

22h, TV5Monde, „La traque des nazis” (France-Belgique-Suisse/2006), film documentaire de Daniel Costelle et Isabelle Clarke.

23h10, TVR2, „The passion of Darkly Noon” (USA-UK/1995) de Philip Ridley, avec Brendan Fraser, Ashley Jude et Vigo Mortensen.

20h, Librairie-cafe Carturesti de l’Institut francais, Atelier des images avec Christian Boltanski : Salto Arte. Regard retrospectif sur l’art video dans les annees 1970.

Read the article on lepetitjournal.com

Postat de pe data de 31 dec., 2009 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 104 ori.

Publica un raspuns