Louise, cinq ans, a participe a son premier bal enfantin. Mais elle connait deja une chanson des Prout.

L’ambiance differe peu d’un bal de carnaval « version adultes ». Des milliers de visages grimes, des tambours et fifres qui resonnent dans la grande salle. La seule difference avec les bals de grands ? La moyenne d’age des participants. Hier, au Kursaal de Dunkerque, 6 000 petits carnavaleux ont chahute tout l’apres-midi.

Voila des semaines, qu’ils tanaient leurs parents. « Et nous, c’est quand notre bal ? » Des journees d’attente, a trepigner au son des fifres entendus dans la rue. Hier, les milliers de petits carnavaleux dunkerquois ont enfin sorti clet’ches et boas. Et envahi le Kursaal, de 14 h a 19 h, pour « faire carna », comme papa et maman.

« C’est une tradition maintenant », indique Jean-Pierre Demortier, president de l’association des Chevaliers, qui organise l’apres-midi carnavalesque. « On le fait tous les ans. » Et n’allez pas croire qu’un chahut de petits demande moins d’organisation. « Il y a autant de musiciens que pour un bal d’adultes, et les parents qui accompagnent leurs enfants. » Meme Co Schlock est la pour guider le chahut.

6 000 carnavaleux de tous les ages tournoient autour du petit kiosque central. « On essaie de leur transmettre l’esprit du carnaval. » Sans oublier, pour autant, qu’ils sont encore de petits masquelours. Alors, tous les ans, l’association des Chevaliers met le paquet pour que le bal soit une reussite. Canons a mousse, confettis a profusion… Les bambins en prennent plein la vue. « Ils peuvent etre pris en photo, il y a le concours du plus beau deguisement, le lacher de ballons », enumere rapidement Jean-Pierre Mortier. Un cocktail festif qui fait des heureux.

« On aime les chahuts, l’ambiance, les chansons », confie Camille, 12 ans. Le bal enfantin, elle connait bien. Elle et ses soeurs, Lison (8 ans) et Berenice (4 ans), y ont vite pris gout. Normal, « elles le faisaient deja dans mon ventre », plaisante Sylvie, leur maman. Chez eux, on est masquelours « de generation en generation. C’est important de les emmener, ca perpetue la tradition.

Elles participent aussi aux bandes dans les rues. Ce sont de vraies acharnees ! » Mathieu, Maxianne, Lucie et Dorian ont reussi a semer leurs parents, pour quelques instants : « Ils ne sont pas tres loin !

 » L’un des quatre ados participe pour la premiere fois au bal enfantin. « C’est sympa mais certains font n’importe quoi, pour embeter le monde, pendant les chahuts. » Bal d’adultes ou d’enfants, le probleme semble recurrent.

Pour Louise, cinq ans, en pleine bataille de confettis, c’est egalement une grande premiere. Et ca a l’air de lui plaire. « J’ai voulu lui montrer quel est l’esprit », avoue Carole, sa mere, elle-meme adepte du carnaval. « Pour qu’elle apprenne les traditions. » L’enseignement porte ses fruits. Louise connait deja une chanson des Prout et adore danser. Encore un peu de patience, et promis, elle chahutera avec maman au « bal des grands ».

Read the article on Voix du Nord

Hier, au Kursaal, 6 000 enfantsont « fait carna » comme les grands

Louise, cinq ans, a participe a son premier bal enfantin. Mais elle connait deja une chanson des Prout.

L’ambiance differe peu d’un bal de carnaval « version adultes ». Des milliers de visages grimes, des tambours et fifres qui resonnent dans la grande salle. La seule difference avec les bals de grands ? La moyenne d’age des participants. Hier, au Kursaal de Dunkerque, 6 000 petits carnavaleux ont chahute tout l’apres-midi.

Voila des semaines, qu’ils tanaient leurs parents. « Et nous, c’est quand notre bal ? » Des journees d’attente, a trepigner au son des fifres entendus dans la rue. Hier, les milliers de petits carnavaleux dunkerquois ont enfin sorti clet’ches et boas. Et envahi le Kursaal, de 14 h a 19 h, pour « faire carna », comme papa et maman.

« C’est une tradition maintenant », indique Jean-Pierre Demortier, president de l’association des Chevaliers, qui organise l’apres-midi carnavalesque. « On le fait tous les ans. » Et n’allez pas croire qu’un chahut de petits demande moins d’organisation. « Il y a autant de musiciens que pour un bal d’adultes, et les parents qui accompagnent leurs enfants. » Meme Co Schlock est la pour guider le chahut.

6 000 carnavaleux de tous les ages tournoient autour du petit kiosque central. « On essaie de leur transmettre l’esprit du carnaval. » Sans oublier, pour autant, qu’ils sont encore de petits masquelours. Alors, tous les ans, l’association des Chevaliers met le paquet pour que le bal soit une reussite. Canons a mousse, confettis a profusion… Les bambins en prennent plein la vue. « Ils peuvent etre pris en photo, il y a le concours du plus beau deguisement, le lacher de ballons », enumere rapidement Jean-Pierre Mortier. Un cocktail festif qui fait des heureux.

« On aime les chahuts, l’ambiance, les chansons », confie Camille, 12 ans. Le bal enfantin, elle connait bien. Elle et ses soeurs, Lison (8 ans) et Berenice (4 ans), y ont vite pris gout. Normal, « elles le faisaient deja dans mon ventre », plaisante Sylvie, leur maman. Chez eux, on est masquelours « de generation en generation. C’est important de les emmener, ca perpetue la tradition.

Elles participent aussi aux bandes dans les rues. Ce sont de vraies acharnees ! » Mathieu, Maxianne, Lucie et Dorian ont reussi a semer leurs parents, pour quelques instants : « Ils ne sont pas tres loin !

 » L’un des quatre ados participe pour la premiere fois au bal enfantin. « C’est sympa mais certains font n’importe quoi, pour embeter le monde, pendant les chahuts. » Bal d’adultes ou d’enfants, le probleme semble recurrent.

Pour Louise, cinq ans, en pleine bataille de confettis, c’est egalement une grande premiere. Et ca a l’air de lui plaire. « J’ai voulu lui montrer quel est l’esprit », avoue Carole, sa mere, elle-meme adepte du carnaval. « Pour qu’elle apprenne les traditions. » L’enseignement porte ses fruits. Louise connait deja une chanson des Prout et adore danser. Encore un peu de patience, et promis, elle chahutera avec maman au « bal des grands ».

Read the article on Voix du Nord

Postat de pe data de 31 ian., 2010 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 63 ori.

Publica un raspuns