Philippe Leroy chante, danse… depuis sa plus tendre enfance. Comme tant d’autres avant et apres lui, il s’est vu, le temps d’un 45 tours, en haut de l’affiche. « C’etait en 1973 avec mon quatrieme single. Helas, je n’en ai vendu que 10 000. »

Son regard se voile. Juste l’espace d’une seconde. Car aujourd’hui, Philippe est une star. Enfin presque. « Je suis l’un des sosies les plus connus de Claude Francois. »

Logique. Sa silhouette, son visage et sa voix laissent a penser que le chanteur abandonne est toujours vivant.

Cependant la ressemblance s’arrete la, au pied du podium. Celui qui fut tour a tour commercial, coiffeur, chef de ventes dans une grande entreprise, chanteur de bal… a les pieds sur terre. « Il y a une dizaine d’annees, des amis m’ont fait remarquer que je ressemblais beaucoup au chanteur. C’est ainsi que je suis devenu son sosie sans pour autant me prendre pour lui. Certes, si j’ai eclairci mes cheveux et modifie ma coiffure, je n’ai pas ete plus loin. »

Un parcours somme toute banal. Enfin presque. Car Philippe et ses danseuses – « quatre lorsque tout va bien et deux des lors que les contrats sont moins importants – se produisent quelque 250 fois par an. « Cela me permet de vivre de ma passion, le chant. »

Cette histoire, son histoire, il vient de la transcrire sur papier glace. « « La Voix de son maitre » est autobiographique. J’y raconte ma vie de l’epoque ou je chantais dans les bals jusqu’a mon petit role dans « Podium ». » Un ouvrage sans fausse note ni genie. Juste sincere.

Philippe Leroy nourrit encore des reves artistiques. Sous quelles formes ? Motus et bouche cousue !

On peut neanmoins l’imaginer dans un telefilm retracant la legende du chanteur populaire ou en guest-star d’une comedie musicale.

En attendant, cet enfant de la Champagne, parisien dans les annees 70, hyerois vingt ans plus tard, desormais pugetois, offre aux eternels fans de Clo-clo des notes de bonheur par… procuration.

Pendant l’exercice 2005, les adherents du tres ferme club de tir de la police et de l’armee, sur les installations de l’EA-ALAT au Cannet-des-Maures, auraient pu avoir des ennuis avec la prefecture du Var.

Les faits se sont deroules dans un immeuble du centre. Assaillants et assaillis ont disparu

Devoile la semaine derniere, le calendrier 2010 des evenements auto-moto ouverts au public sur le circuit Paul-Ricard comprend pas moins de onze echeances.

Mais que se passe-t-il a La Seyne ? Telle est la question qui revient dans toutes les bouches des supporters « rouge et bleu ». Jamais cette equipe nous avait habitues a un aussi triste spectacle sur sa pelouse de Marquet.

Ce n’est pas une gifle, mais plutot un uppercut qu’a recu l’US Seynoise hier face a Castanet. Un match, qui devait se jouer au prealable debut janvier, et qui a ete bien malheureusement reporte a hier, juste apres deux grosses defaites a Marseille et Carca…

Deux employes municipaux de la ville de Cuers ont comparu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Toulon pour avoir detourne plus de 45 000 euros de fonds en especes. Le principal beneficiaire des detournements a ete condamne a 18 mois de prison dont …

Il croyait etre assis sur un tas d’or. Quand on possede pres de deux hectares de terre sur les hauteurs de Sanary parsemes d’oliviers centenaires, qui ne le croirait pas ?

Des policiers municipaux de La Valette ont apprehende en debut de semaine un Marseillais age de 34 ans qui s’en etait pris a deux dames pour leur voler leur carte et code bancaires. La premiere etait agee de 79 ans, l’autre de 59 ans. C’est cette derniere …

Les braquages ont fait un bond dans le departement en 2009. Une forme de delinquance de proximite qui affecte les petits commerces et les moyennes surfaces. C’est l’explosion des « braquos » (1) dans le Var. La barre des 100 vols sous la menace d’une arme …

Read the article on Var Matin

Sosie : Philippe Leroy a plonge dans l’univers Clo-Clo

Philippe Leroy chante, danse… depuis sa plus tendre enfance. Comme tant d’autres avant et apres lui, il s’est vu, le temps d’un 45 tours, en haut de l’affiche. « C’etait en 1973 avec mon quatrieme single. Helas, je n’en ai vendu que 10 000. »

Son regard se voile. Juste l’espace d’une seconde. Car aujourd’hui, Philippe est une star. Enfin presque. « Je suis l’un des sosies les plus connus de Claude Francois. »

Logique. Sa silhouette, son visage et sa voix laissent a penser que le chanteur abandonne est toujours vivant.

Cependant la ressemblance s’arrete la, au pied du podium. Celui qui fut tour a tour commercial, coiffeur, chef de ventes dans une grande entreprise, chanteur de bal… a les pieds sur terre. « Il y a une dizaine d’annees, des amis m’ont fait remarquer que je ressemblais beaucoup au chanteur. C’est ainsi que je suis devenu son sosie sans pour autant me prendre pour lui. Certes, si j’ai eclairci mes cheveux et modifie ma coiffure, je n’ai pas ete plus loin. »

Un parcours somme toute banal. Enfin presque. Car Philippe et ses danseuses – « quatre lorsque tout va bien et deux des lors que les contrats sont moins importants – se produisent quelque 250 fois par an. « Cela me permet de vivre de ma passion, le chant. »

Cette histoire, son histoire, il vient de la transcrire sur papier glace. « « La Voix de son maitre » est autobiographique. J’y raconte ma vie de l’epoque ou je chantais dans les bals jusqu’a mon petit role dans « Podium ». » Un ouvrage sans fausse note ni genie. Juste sincere.

Philippe Leroy nourrit encore des reves artistiques. Sous quelles formes ? Motus et bouche cousue !

On peut neanmoins l’imaginer dans un telefilm retracant la legende du chanteur populaire ou en guest-star d’une comedie musicale.

En attendant, cet enfant de la Champagne, parisien dans les annees 70, hyerois vingt ans plus tard, desormais pugetois, offre aux eternels fans de Clo-clo des notes de bonheur par… procuration.

Pendant l’exercice 2005, les adherents du tres ferme club de tir de la police et de l’armee, sur les installations de l’EA-ALAT au Cannet-des-Maures, auraient pu avoir des ennuis avec la prefecture du Var.

Les faits se sont deroules dans un immeuble du centre. Assaillants et assaillis ont disparu

Devoile la semaine derniere, le calendrier 2010 des evenements auto-moto ouverts au public sur le circuit Paul-Ricard comprend pas moins de onze echeances.

Mais que se passe-t-il a La Seyne ? Telle est la question qui revient dans toutes les bouches des supporters « rouge et bleu ». Jamais cette equipe nous avait habitues a un aussi triste spectacle sur sa pelouse de Marquet.

Ce n’est pas une gifle, mais plutot un uppercut qu’a recu l’US Seynoise hier face a Castanet. Un match, qui devait se jouer au prealable debut janvier, et qui a ete bien malheureusement reporte a hier, juste apres deux grosses defaites a Marseille et Carca…

Deux employes municipaux de la ville de Cuers ont comparu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Toulon pour avoir detourne plus de 45 000 euros de fonds en especes. Le principal beneficiaire des detournements a ete condamne a 18 mois de prison dont …

Il croyait etre assis sur un tas d’or. Quand on possede pres de deux hectares de terre sur les hauteurs de Sanary parsemes d’oliviers centenaires, qui ne le croirait pas ?

Des policiers municipaux de La Valette ont apprehende en debut de semaine un Marseillais age de 34 ans qui s’en etait pris a deux dames pour leur voler leur carte et code bancaires. La premiere etait agee de 79 ans, l’autre de 59 ans. C’est cette derniere …

Les braquages ont fait un bond dans le departement en 2009. Une forme de delinquance de proximite qui affecte les petits commerces et les moyennes surfaces. C’est l’explosion des « braquos » (1) dans le Var. La barre des 100 vols sous la menace d’une arme …

Read the article on Var Matin

Postat de pe data de 31 ian., 2010 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 60 ori.

Publica un raspuns