A eux deux, ils representent bien un tiers des apprentis de Siaugues-Sainte-Marie. Ils ne se souviennent plus depuis quand ils sont amis. Ils savent juste qu’ils se connaissent depuis qu’ils sont „tout petits” et qu’une fois les elections regionales passees, eux, qui ont „toujours ete ici”, seront encore la.
A chacun son patron. Yohan Souveton est chez le menuisier, Gaetan Besseyre chez le garagiste. Tous les deux, ils sont bruns, cheveux bien courts, gel fixation beton. L’an passe, c’etait la grande annee de leur majorite. Alors depuis trois mois, adieu scooter, chacun soigne sa voiture, un „A” rouge colle sur la vitre arriere.
La semaine, pas trop le temps de se voir. Tous les midis, ils rentrent dejeuner en famille. Le pere de Yohan est agriculteur, sa mere aide-menagere. Il a aussi une sœur, 22 ans, aide-soignante, qui fait construire juste a cote, avec son copain routier. Gaetan a deux petits freres, un pere agent de securite, une maman secretaire a l’usine. Sa grand-mere servait les repas a la cantine de l’ecole publique.
Pour eux, la decompression, c’est seulement le week-end. Le vendredi soir d’abord, a „La Maison”, le bar de Jean, marseillais echoue a Siaugues depuis trois ans et demi. Le samedi, ensuite, dans un local mis a disposition par la mairie. Longtemps, ils y ont tue leurs apres-midi. La, ou sous la halle du marche aux petits veaux, qui trouvait ainsi une nouvelle fonction.
Mais avec l’age, ce ne sont plus guere que des points de ralliement. De la, ils partent en Quad et a moto a travers les chemins du plateau. Avec leurs nouveaux salaires – 1 100 euros pour Yohan, 531 euros pour Gaetan –, ils flambent pour leur „passion”. Ils sont aussi fan de VTT. Gaetan joue dans un club de paintball. Mais tous deux detestent le foot.
Samedi, c’est bal Le grand air ne les epuise pas. Et le soir il y a souvent sortie au bal. Comme boite de nuit, „Le Tourbillon” a trois salles, mais c’est a une heure de la. Il y avait bien le „K-club”, a deux kilometres, mais il a ferme il y a un an. Mais surtout, la boite, c’est 10 euros „sans conso”, et le bal 5 euros, avec la biere a 2 euros.
Ce soir, c’est a trente minutes de voiture, sans avoir bu. Il y a des bals „ou y’a plus de bagarres que d’autres”, concede Gaetan. Celui-la est dans une salle des fetes. Il y a une paillote pour la scene. Le son des platines de Millenia DJ qui a un blog sur skyrock.com. Apres ca, il y a rarement signe de vie avant le dimanche apres-midi. Le moment des concours de belote, parfois organises par les ecoles.
„LE PRESIDENT EST VOLONTAIRE”
Au bourg, ils sont les plus jeunes a travailler. Mais la crise, la politique, ca reste loin de leurs preoccupations. Pourtant, Yohan voit souvent son pere, leve 6 heures, „jeter le lait aux egouts”. Pour dire que ca ne gagne rien. Mais „travailler plus pour gagner plus, Sarkozy a raison”.
Gaetan, lui, considere „honnetement” que „c’est mieux” avec le nouveau gouvernement. „Il a reconnu pompier comme metier a risque. Le president est volontaire et, apparemment, les emeutes, ca s’est calme.”
Yohan concede que Siaugues-Sainte-Marie, c’est „un peu petit”. Mais il a toujours „voulu faire menuiserie”. A une epoque, Gaetan voulait un BEP mecanique moto mais il fallait aller a Saint-Etienne, et „ca faisait un peu loin”.
Yohan : „Je gagne plus que mes parents, je me fais plaisir quand je veux et je ne vois pas du tout ma vie a Marseille ou a Paris.” Depuis juillet, il a une copine, Cindy, et il est tres bien chez lui.
Elise Vincent

Read the article on Le Monde

Vies de France : Yohan et Gaetan, apprentis et amis, ne se voient pas vivre ailleurs Siaugues-Sainte-Marie

A eux deux, ils representent bien un tiers des apprentis de Siaugues-Sainte-Marie. Ils ne se souviennent plus depuis quand ils sont amis. Ils savent juste qu’ils se connaissent depuis qu’ils sont „tout petits” et qu’une fois les elections regionales passees, eux, qui ont „toujours ete ici”, seront encore la.
A chacun son patron. Yohan Souveton est chez le menuisier, Gaetan Besseyre chez le garagiste. Tous les deux, ils sont bruns, cheveux bien courts, gel fixation beton. L’an passe, c’etait la grande annee de leur majorite. Alors depuis trois mois, adieu scooter, chacun soigne sa voiture, un „A” rouge colle sur la vitre arriere.
La semaine, pas trop le temps de se voir. Tous les midis, ils rentrent dejeuner en famille. Le pere de Yohan est agriculteur, sa mere aide-menagere. Il a aussi une sœur, 22 ans, aide-soignante, qui fait construire juste a cote, avec son copain routier. Gaetan a deux petits freres, un pere agent de securite, une maman secretaire a l’usine. Sa grand-mere servait les repas a la cantine de l’ecole publique.
Pour eux, la decompression, c’est seulement le week-end. Le vendredi soir d’abord, a „La Maison”, le bar de Jean, marseillais echoue a Siaugues depuis trois ans et demi. Le samedi, ensuite, dans un local mis a disposition par la mairie. Longtemps, ils y ont tue leurs apres-midi. La, ou sous la halle du marche aux petits veaux, qui trouvait ainsi une nouvelle fonction.
Mais avec l’age, ce ne sont plus guere que des points de ralliement. De la, ils partent en Quad et a moto a travers les chemins du plateau. Avec leurs nouveaux salaires – 1 100 euros pour Yohan, 531 euros pour Gaetan –, ils flambent pour leur „passion”. Ils sont aussi fan de VTT. Gaetan joue dans un club de paintball. Mais tous deux detestent le foot.
Samedi, c’est bal Le grand air ne les epuise pas. Et le soir il y a souvent sortie au bal. Comme boite de nuit, „Le Tourbillon” a trois salles, mais c’est a une heure de la. Il y avait bien le „K-club”, a deux kilometres, mais il a ferme il y a un an. Mais surtout, la boite, c’est 10 euros „sans conso”, et le bal 5 euros, avec la biere a 2 euros.
Ce soir, c’est a trente minutes de voiture, sans avoir bu. Il y a des bals „ou y’a plus de bagarres que d’autres”, concede Gaetan. Celui-la est dans une salle des fetes. Il y a une paillote pour la scene. Le son des platines de Millenia DJ qui a un blog sur skyrock.com. Apres ca, il y a rarement signe de vie avant le dimanche apres-midi. Le moment des concours de belote, parfois organises par les ecoles.
„LE PRESIDENT EST VOLONTAIRE”
Au bourg, ils sont les plus jeunes a travailler. Mais la crise, la politique, ca reste loin de leurs preoccupations. Pourtant, Yohan voit souvent son pere, leve 6 heures, „jeter le lait aux egouts”. Pour dire que ca ne gagne rien. Mais „travailler plus pour gagner plus, Sarkozy a raison”.
Gaetan, lui, considere „honnetement” que „c’est mieux” avec le nouveau gouvernement. „Il a reconnu pompier comme metier a risque. Le president est volontaire et, apparemment, les emeutes, ca s’est calme.”
Yohan concede que Siaugues-Sainte-Marie, c’est „un peu petit”. Mais il a toujours „voulu faire menuiserie”. A une epoque, Gaetan voulait un BEP mecanique moto mais il fallait aller a Saint-Etienne, et „ca faisait un peu loin”.
Yohan : „Je gagne plus que mes parents, je me fais plaisir quand je veux et je ne vois pas du tout ma vie a Marseille ou a Paris.” Depuis juillet, il a une copine, Cindy, et il est tres bien chez lui.
Elise Vincent

Read the article on Le Monde

Postat de pe data de 31 ian., 2010 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 91 ori.

Publica un raspuns