Rouler en 4× 4 ne sera bientot plus un luxe. Au salon de l’automobile de Geneve, qui a ouvert ses portes au public jeudi 4 mars, Dacia, la filiale roumaine de Renault, a presente le dernier-ne de sa gamme, le Duster. Ce modele, dont la commercialisation en Europe a commence, s’attaque au marche du 4 ×4 mais en restant fidele a sa strategie a bas cout. Le prix est de 13 900 euros en version 4 ×4 et de 11 900 pour le 4×2 (deux roues motrices). Apres le lancement de la Logan en 2004 et de la berline compacte Sandero en 2008, le Duster est le sixieme vehicule issu de la plate-forme Logan.
Cette decision de lancer un 4×4 peut paraitre osee alors que ce marche s’est effondre de pres de 50 % en 2009 et que le sommet de Copenhague n’est pas si loin. „Meme si les volumes ont beaucoup baisse, il y a une vraie demande, affirme Gerard Detourbet, directeur du programme Logan chez Renault. La vocation de Duster est internationale. Il a ete cree pour la Russie, le Bresil, pour les pays emergents. S’il se vend en Europe, tant mieux.” Quant aux critiques des ecologistes, M. Detourbet se defend : „avec 145 grammes de CO2 par kilometre, c’est l’un des 4× 4 les moins polluants du marche”.
Comme pour la Logan, le constructeur a joue la singularite. „Mecaniquement, c’est un 4×4, reconnait M. Detourbet, mais en realite, cette voiture-la n’existe pas.” Renault veut continuer a profiter de l’engouement des automobilistes pour les voitures a bas couts.
En 2009, ce segment a represente 23 % des ventes du constructeur. Pas etonnant, aujourd’hui „low cost” n’est plus synonyme de sous-produit depourvu de technicite et fabrique dans une zone ou les exigences de qualite n’existeraient pas. Selon l’observatoire Cetelem de l’automobile, plus d’un Europeen sur quatre est pret a acheter une voiture a bas cout.
Renault espere reiterer les succes des Logan et Sandero. En 2009, Dacia a vendu 311 874 vehicules dans le monde, en progression de 20,7 % par rapport a 2008. Et ce chiffre monte a 535 000 si l’on prend en compte les ventes de Logan sous la marque Renault (Russie, Bresil, Colombie, Iran et Inde).
Grace aux programmes de primes a la casse, la filiale de Renault s’est etonnamment imposee dans certains pays. Comme l’Allemagne, patrie des BMW et autres Mercedes, qui est devenue son premier marche devant la France, la Roumanie et le Bresil. „C’est un peu anormal, avoue neanmoins M. Detourbet. Nous avons beneficie des bouleversements lies aux primes a la casse et la crise a amplifie et deforme ce phenomene. Cette hierarchie est donc completement artificielle et ne se reproduira pas en 2010.”
La demande a ete tellement forte dans ce pays que le constructeur a du devier une partie de la production de l’usine de Pitesti pendant huit mois. En France, Dacia est devenu la 6e marque et, selon M. Detourbet, le pays devrait etre son premier marche en 2010.
En 2004, lors du lancement de la Logan, Louis Schweitzer, alors PDG de Renault, tablait sur 700 000 vehicules vendus a partir de 2010. „Nous n’y serons pas meme si on fera plus qu’en 2009”, reconnait M. Detourbet. Et finalement, le succes n’a pas ete forcement la ou Renault l’avait prevu.
L’echec indien
Les marches russes et roumains se sont totalement ecroules et l’Inde est un veritable echec. Mal positionnee en termes de prix, la Logan se retrouve en concurrence avec des voitures plus sophistiquees. Mais les problemes viennent aussi de l’Iran, ou le groupe tablait sur 200 000 ventes par an.
En 2009, il n’en a vendu qu’un peu plus de 50 000. Et n’arrive toujours pas a monter en cadence. „Ce n’est pas la voiture qui est en cause. Des qu’il y a des Logan sur le marche, les Iraniens se ruent dessus”, assure M. Detourbet. L’Iran connait un enorme probleme de liquidites et ses deux partenaires, Pars Khodro et Iran Khodro, qui assemblent les vehicules, ont du mal a payer Renault. Et il y a peu de chance que la situation s’eclaircisse rapidement pour permettre a Renault d’atteindre ses objectifs initiaux.
Nathalie Brafman
Article paru dans l’edition du 06.03.10

Read the article on Le Monde

Dacia, la filiale roumaine de Renault, lance son Duster a l’assaut du marche des 4×4

Rouler en 4× 4 ne sera bientot plus un luxe. Au salon de l’automobile de Geneve, qui a ouvert ses portes au public jeudi 4 mars, Dacia, la filiale roumaine de Renault, a presente le dernier-ne de sa gamme, le Duster. Ce modele, dont la commercialisation en Europe a commence, s’attaque au marche du 4 ×4 mais en restant fidele a sa strategie a bas cout. Le prix est de 13 900 euros en version 4 ×4 et de 11 900 pour le 4×2 (deux roues motrices). Apres le lancement de la Logan en 2004 et de la berline compacte Sandero en 2008, le Duster est le sixieme vehicule issu de la plate-forme Logan.
Cette decision de lancer un 4×4 peut paraitre osee alors que ce marche s’est effondre de pres de 50 % en 2009 et que le sommet de Copenhague n’est pas si loin. „Meme si les volumes ont beaucoup baisse, il y a une vraie demande, affirme Gerard Detourbet, directeur du programme Logan chez Renault. La vocation de Duster est internationale. Il a ete cree pour la Russie, le Bresil, pour les pays emergents. S’il se vend en Europe, tant mieux.” Quant aux critiques des ecologistes, M. Detourbet se defend : „avec 145 grammes de CO2 par kilometre, c’est l’un des 4× 4 les moins polluants du marche”.
Comme pour la Logan, le constructeur a joue la singularite. „Mecaniquement, c’est un 4×4, reconnait M. Detourbet, mais en realite, cette voiture-la n’existe pas.” Renault veut continuer a profiter de l’engouement des automobilistes pour les voitures a bas couts.
En 2009, ce segment a represente 23 % des ventes du constructeur. Pas etonnant, aujourd’hui „low cost” n’est plus synonyme de sous-produit depourvu de technicite et fabrique dans une zone ou les exigences de qualite n’existeraient pas. Selon l’observatoire Cetelem de l’automobile, plus d’un Europeen sur quatre est pret a acheter une voiture a bas cout.
Renault espere reiterer les succes des Logan et Sandero. En 2009, Dacia a vendu 311 874 vehicules dans le monde, en progression de 20,7 % par rapport a 2008. Et ce chiffre monte a 535 000 si l’on prend en compte les ventes de Logan sous la marque Renault (Russie, Bresil, Colombie, Iran et Inde).
Grace aux programmes de primes a la casse, la filiale de Renault s’est etonnamment imposee dans certains pays. Comme l’Allemagne, patrie des BMW et autres Mercedes, qui est devenue son premier marche devant la France, la Roumanie et le Bresil. „C’est un peu anormal, avoue neanmoins M. Detourbet. Nous avons beneficie des bouleversements lies aux primes a la casse et la crise a amplifie et deforme ce phenomene. Cette hierarchie est donc completement artificielle et ne se reproduira pas en 2010.”
La demande a ete tellement forte dans ce pays que le constructeur a du devier une partie de la production de l’usine de Pitesti pendant huit mois. En France, Dacia est devenu la 6e marque et, selon M. Detourbet, le pays devrait etre son premier marche en 2010.
En 2004, lors du lancement de la Logan, Louis Schweitzer, alors PDG de Renault, tablait sur 700 000 vehicules vendus a partir de 2010. „Nous n’y serons pas meme si on fera plus qu’en 2009”, reconnait M. Detourbet. Et finalement, le succes n’a pas ete forcement la ou Renault l’avait prevu.
L’echec indien
Les marches russes et roumains se sont totalement ecroules et l’Inde est un veritable echec. Mal positionnee en termes de prix, la Logan se retrouve en concurrence avec des voitures plus sophistiquees. Mais les problemes viennent aussi de l’Iran, ou le groupe tablait sur 200 000 ventes par an.
En 2009, il n’en a vendu qu’un peu plus de 50 000. Et n’arrive toujours pas a monter en cadence. „Ce n’est pas la voiture qui est en cause. Des qu’il y a des Logan sur le marche, les Iraniens se ruent dessus”, assure M. Detourbet. L’Iran connait un enorme probleme de liquidites et ses deux partenaires, Pars Khodro et Iran Khodro, qui assemblent les vehicules, ont du mal a payer Renault. Et il y a peu de chance que la situation s’eclaircisse rapidement pour permettre a Renault d’atteindre ses objectifs initiaux.
Nathalie Brafman
Article paru dans l’edition du 06.03.10

Read the article on Le Monde

Postat de pe data de 28 feb., 2010 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 90 ori.

Publica un raspuns