L’avis rendu par la Cour internationale de justice de La Haye sur la légalité de l’indépendance de Kosovo, le 22 juillet, a ravivé le feu du nationalisme en Roumanie. Le vice-président du Parlement européen, le Roumain Laszlo Tökes, a réagi en affirmant que c’est à présent au tour de la Transylvanie, peuplée majoritairement de Hongrois, de demander son autonomie. „Contrairement à ceux de Kosovo, nous ne désirons pas l’indépendance, mais l’autonomie”, a-t-il déclaré au quotidien România libera. Comme les médias roumains, les responsables politiques sont partagés sur cette déclaration. Si ses collègues du Parlement européen se disent prêts à lui retirer leur appui, le quotidien Adevarul estime pour sa part qu'”un complexe national imbécile nous empêche d’avancer ver une euro-région”. Dans le cadre d’un séminaire qui a eu lieu en Transylvanie, „L’Europe centrale – le centre de l’Europe”, le 24 juillet, en présence du président roumain, Traian Basescu, et du Premier ministre hongrois, Viktor Orban, Tökes a affirmé qu’il désirait „seulement ce qui est légitime dans toute l’Europe”.

Read the article on Courrier International

Roumanie • La Transylvanie, nouveau Kosovo ou future “euro-région” ?

L’avis rendu par la Cour internationale de justice de La Haye sur la légalité de l’indépendance de Kosovo, le 22 juillet, a ravivé le feu du nationalisme en Roumanie. Le vice-président du Parlement européen, le Roumain Laszlo Tökes, a réagi en affirmant que c’est à présent au tour de la Transylvanie, peuplée majoritairement de Hongrois, de demander son autonomie. „Contrairement à ceux de Kosovo, nous ne désirons pas l’indépendance, mais l’autonomie”, a-t-il déclaré au quotidien România libera. Comme les médias roumains, les responsables politiques sont partagés sur cette déclaration. Si ses collègues du Parlement européen se disent prêts à lui retirer leur appui, le quotidien Adevarul estime pour sa part qu'”un complexe national imbécile nous empêche d’avancer ver une euro-région”. Dans le cadre d’un séminaire qui a eu lieu en Transylvanie, „L’Europe centrale – le centre de l’Europe”, le 24 juillet, en présence du président roumain, Traian Basescu, et du Premier ministre hongrois, Viktor Orban, Tökes a affirmé qu’il désirait „seulement ce qui est légitime dans toute l’Europe”.

Read the article on Courrier International

Postat de pe data de 27 iul., 2010 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 172 ori.

Publica un raspuns