Victime d’une attaque alors qu’elle franchissait la frontiere entre le Congo-Brazzaville et l’Angola, l’equipe nationale du Togo est sous le choc. Et s’interroge quant a sa participation a la CAN 2010, dont le coup d’envoi sera bien donne demain. Photo REUTERS

Alors qu’il se rendait en Angola, ou debutera la CAN demain, le car transportant l’equipe du Togo a ete mitraille. Un chauffeur de bus est decede et plusieurs joueurs ont ete blesses. La competition a ete maintenue.

Neuf membres de la delegation du Togo ont ete blesses et un chauffeur tue lors du mitraillage de leur bus qui franchissait la frontiere entre le Congo-Brazzaville et l’Angola, ou debute demain la Coupe d’Afrique (CAN 2010), jetant l’effroi sur la competition.

La Confederation africaine de football (CAF) a cependant confirme, hier, soir que la competition aurait bien lieu.

L’attaque a ete revendiquee par le Front de liberation de l’enclave de Cabinda (FLEC). Cette enclave, province angolaise petrolifere entre la Republique democratique du Congo (RDC) et le Congo-Brazzaville, est dechiree par un conflit separatiste depuis l’independance de l’Angola en 1975.

«  On a ete mitraille a la sortie du Congo-Brazzaville, on a recu des balles. On rentrait dans l’Angola, on a pris une rafale a l’avant du bus et on s’est tous couche », a explique Thomas Dossevi, l’international togolais du FC Nantes, confirmant une information de la chaine sportive Infosport.

L’ancien espoir auxerrois, Serge Akakpo, qui evolue actuellement a Vaslui (Roumanie), «  a pris une balle dans le dos », le gardien de Pontivy (National), Kodjovi Obilale en «  a pris une dans les reins, a poursuivi Dossevi. L’entraineur des gardiens et le docteur ont ete touches. […] Ils sont dans un hopital a Cabinda. »

La Federation togolaise de football (FTF) parle d’un total de neuf blesses et d’un mort, le chauffeur d’un bus. Selon un joueur, ce dernier conduisait le bus des bagages. Il roulait en avant du convoi et semble avoir subi un feu nourri.

«  On avait rempli les formalites. On etait encadre par la police. Tout etait clean. Il y a eu un mitraillage puissant. La police a riposte, avait explique plus tot Dossevi sur Infosport. On se serait cru a la guerre. On est choque […]. On n’a pas beaucoup envie de jouer la CAN. On pense aux copains, aux joueurs blesses. »

«  Si on peut annuler tous les matches, pourquoi pas. On ne pense qu’a rentrer a la maison », a explique le milieu de terrain de Grenoble, Alaixys Romao, a Infosport. Le Togo doit debuter la CAN contre le Ghana lundi a Cabinda.

Dans l’apres-midi, il a un temps ete envisage de suspendre la competition, avant que la CAF n’annonce qu’elle aurait bien lieu.

Les matches du groupe B (Cote d’Ivoire, Ghana, Togo, Burkina Faso), programmes a Cabinda, pourraient etre delocalises a Luanda, selon des sources proches du comite d’organisation (Cocan).

«  Toutes les equipes avaient leur plan de vol, sauf une, le Togo », a declare Souleymane Habubua, le directeur de la communication de la CAF. De son cote, le comite d’organisation (Cocan) a explique que le Togo ne lui avait pas repondu pour preciser les conditions de sa venue.

La CAF attend d’avoir les «  faits » pour se prononcer sur ce qui s’est reellement passe. «  Je ne sais pas ce qui a pris au Togo de voyager en car. La seule chose que l’on puisse dire, c’est que l’incident n’a pas eu lieu dans la ville de Cabinda. » «  On a des officiers de securite autour des stades et des hotels. La CAN continue », a-t-il encore dit.

Le Cocan avait assure, dans un premier temps, qu’un pneu du bus avait eclate et declenche un mouvement de panique. «  C’est un scandale de dire ca, on a vraiment ete mitraille. Si on avait pu prendre des photos, des images, ce serait deja sur Internet”, s’est emporte Dossevi.

La radio angolaise ne mentionnait pas cet incident ouvrant son journal de 20h… sur l’entrainement de l’equipe nationale d’Angola. En revanche, le joueur vedette togolais, l’ancien Messin Emmanuel Adebayor, est ensuite apparu en larmes sur les televisions locales, a l’hopital, devant les civieres. « La securite n’est pas assuree » a egalement souligne l’attaquant de Manchester City a la BBC, indiquant que sa selection pourrait quitter l’Angola des aujourd’hui. Les images montraient egalement des joueurs abattus devant l’hopital de Cabinda.

Dans la nuit, le gouvernement angolais a promis de tout faire pour «  garantir la securite » de la Coupe d’Afrique des Nations.

Read the article on Le Republicain Lorrain

coupe d’afrique des nations (10 au 31 janvier)

Victime d’une attaque alors qu’elle franchissait la frontiere entre le Congo-Brazzaville et l’Angola, l’equipe nationale du Togo est sous le choc. Et s’interroge quant a sa participation a la CAN 2010, dont le coup d’envoi sera bien donne demain. Photo REUTERS

Alors qu’il se rendait en Angola, ou debutera la CAN demain, le car transportant l’equipe du Togo a ete mitraille. Un chauffeur de bus est decede et plusieurs joueurs ont ete blesses. La competition a ete maintenue.

Neuf membres de la delegation du Togo ont ete blesses et un chauffeur tue lors du mitraillage de leur bus qui franchissait la frontiere entre le Congo-Brazzaville et l’Angola, ou debute demain la Coupe d’Afrique (CAN 2010), jetant l’effroi sur la competition.

La Confederation africaine de football (CAF) a cependant confirme, hier, soir que la competition aurait bien lieu.

L’attaque a ete revendiquee par le Front de liberation de l’enclave de Cabinda (FLEC). Cette enclave, province angolaise petrolifere entre la Republique democratique du Congo (RDC) et le Congo-Brazzaville, est dechiree par un conflit separatiste depuis l’independance de l’Angola en 1975.

«  On a ete mitraille a la sortie du Congo-Brazzaville, on a recu des balles. On rentrait dans l’Angola, on a pris une rafale a l’avant du bus et on s’est tous couche », a explique Thomas Dossevi, l’international togolais du FC Nantes, confirmant une information de la chaine sportive Infosport.

L’ancien espoir auxerrois, Serge Akakpo, qui evolue actuellement a Vaslui (Roumanie), «  a pris une balle dans le dos », le gardien de Pontivy (National), Kodjovi Obilale en «  a pris une dans les reins, a poursuivi Dossevi. L’entraineur des gardiens et le docteur ont ete touches. […] Ils sont dans un hopital a Cabinda. »

La Federation togolaise de football (FTF) parle d’un total de neuf blesses et d’un mort, le chauffeur d’un bus. Selon un joueur, ce dernier conduisait le bus des bagages. Il roulait en avant du convoi et semble avoir subi un feu nourri.

«  On avait rempli les formalites. On etait encadre par la police. Tout etait clean. Il y a eu un mitraillage puissant. La police a riposte, avait explique plus tot Dossevi sur Infosport. On se serait cru a la guerre. On est choque […]. On n’a pas beaucoup envie de jouer la CAN. On pense aux copains, aux joueurs blesses. »

«  Si on peut annuler tous les matches, pourquoi pas. On ne pense qu’a rentrer a la maison », a explique le milieu de terrain de Grenoble, Alaixys Romao, a Infosport. Le Togo doit debuter la CAN contre le Ghana lundi a Cabinda.

Dans l’apres-midi, il a un temps ete envisage de suspendre la competition, avant que la CAF n’annonce qu’elle aurait bien lieu.

Les matches du groupe B (Cote d’Ivoire, Ghana, Togo, Burkina Faso), programmes a Cabinda, pourraient etre delocalises a Luanda, selon des sources proches du comite d’organisation (Cocan).

«  Toutes les equipes avaient leur plan de vol, sauf une, le Togo », a declare Souleymane Habubua, le directeur de la communication de la CAF. De son cote, le comite d’organisation (Cocan) a explique que le Togo ne lui avait pas repondu pour preciser les conditions de sa venue.

La CAF attend d’avoir les «  faits » pour se prononcer sur ce qui s’est reellement passe. «  Je ne sais pas ce qui a pris au Togo de voyager en car. La seule chose que l’on puisse dire, c’est que l’incident n’a pas eu lieu dans la ville de Cabinda. » «  On a des officiers de securite autour des stades et des hotels. La CAN continue », a-t-il encore dit.

Le Cocan avait assure, dans un premier temps, qu’un pneu du bus avait eclate et declenche un mouvement de panique. «  C’est un scandale de dire ca, on a vraiment ete mitraille. Si on avait pu prendre des photos, des images, ce serait deja sur Internet”, s’est emporte Dossevi.

La radio angolaise ne mentionnait pas cet incident ouvrant son journal de 20h… sur l’entrainement de l’equipe nationale d’Angola. En revanche, le joueur vedette togolais, l’ancien Messin Emmanuel Adebayor, est ensuite apparu en larmes sur les televisions locales, a l’hopital, devant les civieres. « La securite n’est pas assuree » a egalement souligne l’attaquant de Manchester City a la BBC, indiquant que sa selection pourrait quitter l’Angola des aujourd’hui. Les images montraient egalement des joueurs abattus devant l’hopital de Cabinda.

Dans la nuit, le gouvernement angolais a promis de tout faire pour «  garantir la securite » de la Coupe d’Afrique des Nations.

Read the article on Le Republicain Lorrain

Postat de pe data de 31 dec., 2009 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 52 ori.

Publica un raspuns