Un a un, les pays de l’Union europeenne adoptent des plans d’austerite, mis sous pression par Bruxelles qui cherche a stabiliser l’ensemble de la region.
ESPAGNE : ZAPATERO CEDE A LA PRESSION DE BRUXELLES
Etats des lieux. En 2009, l’Espagne a connu un deficit de 11,2 % du PIB, portant la dette publique a 53,2 % du PIB. Fin avril, le chomage a passe la barre des 20 %. Un premier plan de rigueur a ete annonce en janvier, cense ramener le deficit a 3 % du PIB en 2013 et permettre d’economiser 50 milliards d’euros. Le gouvernement socialiste avait promis qu’il n’irai pas plus loin mais, face a la pression de Bruxelles, il s’est engage, mercredi 12 mai, a mettre en place des nouvelles mesures d’austerite.
Les mesures. Etaient deja prevus un gel des embauches dans la fonction publique, une baisse des indemnites de licenciement, un report de l’age de depart a la retraite de 65 a 67 ans et une hausse de la TVA. Les mesures additionnelles comprennent une baisse de 5 % du salaire des fonctionnaires des juin, la suppression de la revalorisation automatique des retraites et la fin d’une prime a la naissance.
GRECE : LES GRANDS MOYENS
Etats des lieux. En 2009, la Grece a connu un deficit de 13,6 % du PIB portant la dette publique a 115,1 % du PIB. En fevrier, le chomage etait de 12,1 %. La Grece a annonce un premier plan d’austerite debut mars, pour economiser 4,8 milliards d’euro. Debut mai, a la suite de l’aggravation des previsions economiques, le FMI et l’Union europeenne se sont accordes pour un plan d’aide de 110 milliards. En contrepartie, la Grece s’est engagee a une reduction de 30 milliards d’euros en trois ans, pour ramener le deficit a 3 % du PIB en 2014.
Les mesures. Sont prevus un gel des salaires dans la fonction publique jusqu’en 2014, la suppression des 13e et 14e mois et d’autres primes pour les fonctionnaires touchant des hauts salaires, une baisse des retraites de 7 % en moyenne couplee a un report de l’age de depart a la retraite, une hausse de taxes sur les carburants, l’alcool et le tabac et une hausse de la TVA (de 21 a 23 %). Consequence : outre la colere populaire qui s’est manifestee dans les rues, parfois violemment, le PIB devrait se contracter de 4 % en 2010, de 2,6 % en 2011 pour repasser dans le vert en 2012.
IRLANDE : HARO SUR LES FONCTIONNAIRES
Etats des lieux. L’Irlande est entree en recession des l’annee 2008. En 2009, le pays a connu un deficit de 14,3 % du PIB, portant la dette publique a 64 % du PIB. En avril, le taux de chomage etait de 13,4 %. En 2009, le gouvernement a adopte deux plans d’austerite successifs, pour economiser 3 puis 4 milliards d’euros et stabiliser le deficit public a 11,6 % en 2010.
Les mesures. Les allocations sociales vont etre reduites, meme pour les chomeurs, et les salaires des fonctionnaires vont connaitre des reductions allant de 5 a 15 %. Pour donner l’exemple, le premier ministre, Brian Cowen, a reduit son propre salaire et celui de ses ministres de 15 %. Une taxe carbone et une taxe sur l’eau vont etre mises en place ainsi qu’une hausse generale des impots sur le revenu.
PORTUGAL : LES HAUTS SALAIRES TAXES
Etats des lieux. En 2009, le Portugal a connu un deficit historique de 9,4 % du PIB portant la dette publique a 76,8 % du PIB. Cette derniere pourrait grimper a 90 % en 2012. Fin 2009, le taux de chomage etait de 10 %. Le 7 mai, le premier ministre, Jose Socrates, s’est engage a ramener le deficit a 7,3 % en 2010. Jeudi 13 mai, des nouvelles mesures ont ete annoncees pour accelerer la reduction du deficit budgetaire et ramener le deficit public a 4,6 % en 2011.
Les mesures. Ont deja ete annonces le gel des salaires dans la fonction publique, la suppression de certaines allocations et un vaste plan de privatisation dans les transports, l’energie, les assurances et la poste. De plus, des investissements publics sont reportes, comme la construction du nouvel aeroport de Lisbonne, et une nouvelle tranche d’imposition a 45 % est prevue pour les revenus superieurs a 150 000 euros par an. Les mesures additionnelles comprennent une hausse exceptionnelle de l’impot sur le revenu (jusqu’a 1,5 %) et sur les benefices (jusqu’a 2,5 %) ainsi qu’une hausse de la TVA d’un point, a 21 %. Une surtaxe sera en outre appliquee sur les benefices des grandes entreprises superieurs a 2 millions d’euros et sur les plus hauts salaires de la fonction publique, et les remunerations des elus et des membres du gouvernement seront amputes de 5 %.
ROUMANIE : DES MESURES DRACONIENNES
Etats des lieux. En 2009, la Roumanie a connu un deficit public de 7,2 % du PIB portant la dette publique a 30 % du PIB. En avril, le taux de chomage etait de 8,07 %, en legere baisse par rapport au mois de mars. Dimanche, le gouvernement roumain et le Fonds monetaire international ont trouve un accord sur un deficit public de 6,8 % en 2010, en hausse de pres d’un point par rapport au taux initialement prevu. Depuis 2009 deja, la Roumanie beneficie d’un programme d’aide de 20 milliards d’euros de la part du FMI, de l’Union europeenne et de la banque mondiale.
Les mesures. Jeudi 6 mai, le president a annonce des mesures draconiennes, qui incluent une baisse de 25 % des salaires dans le secteur public et de 15 % des retraites et des allocations chomage. “Tous les salaires seront affectes, y compris le salaire minimum, mais le gouvernement compensera cette perte, jusqu’a hauteur de 600 lei” (environ 160 euros), a-t-il precise.
ITALIE : DES AJUSTEMENTS
Etats des lieux. En 2009, l’Italie a connu un deficit public de 5,3 % du PIB portant la dette publique a un niveau record de 115,8 % du PIB. En mars, le taux de chomage etait de 8,8 %, un record depuis 2002. Le gouvernement de Silvio Berlusconi, qui a suivi une ligne de rigueur durant la crise et n’a pas engage de plan de relance massif, ne cesse de repeter que la situation italienne n’est pas comparable a celle de la Grece, du Portugal ou de l’Espagne. Il s’est engage a faire revenir le deficit sous la barre des 3 % imposee par le pacte de stabilite europeen en 2012. Cette correction representera globalement 1,6 % du PIB, soit une economie d’environ 25 milliards d’euros sur les annees 2011-2012.
Les mesures. Cependant, le gouvernement italien a refuse, jeudi, de debloquer des fonds pour permettre a quatre regions du pays de combler le deficit de leur budget en matiere de sante, ce qui va les obliger a augmenter les impots locaux. En outre, selon la presse, le gouvernement etudierait tout de meme un gel d’un an des salaires des fonctionnaires et la prolongation du gel des embauches dans l’administration, ce qui pourrait representer une economie d’au moins 2 milliards d’euros. Le porte-parole du ministere de l’economie s’est refuse a tout commentaire sur ces informations. Le gouvernement pourrait egalement reduire les depenses en matiere de medicaments dans les hopitaux.
FRANCE : OFFICIELLEMENT, PAS DE RIGUEUR
Etats des lieux. En 2009, la France a connu un deficit record de 7,5 % du PIB portant la dette publique a 78,1 % du PIB. Au premier trimestre 2010, le taux de chomage etait de 10,1 %. Officiellement, aucun plan de rigueur n’a ete annonce. Mais un certain nombre de mesures vont etre mises en place dans l’objectif de ramener le deficit public en dessous de 3 % du PIB en 2013.
Les mesures. Le 6 mai, Francois Fillon a annonce un gel des depenses pour les trois ans a venir, des coupes dans les niches fiscales et une baisse du train de vie de l’Etat. Quatre jours plus tard, Nicolas Sarkozy a annonce l’abandon de mesures sociales adoptees en 2009 face a la crise, en expliquant qu’il fallait “engager maintenant le redressement des finances publiques” deja evoque avec l’annonce du gel des depenses de l’Etat.
Le Monde.fr

Read the article on Le Monde

Europe, la course a la rigueur

Un a un, les pays de l’Union europeenne adoptent des plans d’austerite, mis sous pression par Bruxelles qui cherche a stabiliser l’ensemble de la region.
ESPAGNE : ZAPATERO CEDE A LA PRESSION DE BRUXELLES
Etats des lieux. En 2009, l’Espagne a connu un deficit de 11,2 % du PIB, portant la dette publique a 53,2 % du PIB. Fin avril, le chomage a passe la barre des 20 %. Un premier plan de rigueur a ete annonce en janvier, cense ramener le deficit a 3 % du PIB en 2013 et permettre d’economiser 50 milliards d’euros. Le gouvernement socialiste avait promis qu’il n’irai pas plus loin mais, face a la pression de Bruxelles, il s’est engage, mercredi 12 mai, a mettre en place des nouvelles mesures d’austerite.
Les mesures. Etaient deja prevus un gel des embauches dans la fonction publique, une baisse des indemnites de licenciement, un report de l’age de depart a la retraite de 65 a 67 ans et une hausse de la TVA. Les mesures additionnelles comprennent une baisse de 5 % du salaire des fonctionnaires des juin, la suppression de la revalorisation automatique des retraites et la fin d’une prime a la naissance.
GRECE : LES GRANDS MOYENS
Etats des lieux. En 2009, la Grece a connu un deficit de 13,6 % du PIB portant la dette publique a 115,1 % du PIB. En fevrier, le chomage etait de 12,1 %. La Grece a annonce un premier plan d’austerite debut mars, pour economiser 4,8 milliards d’euro. Debut mai, a la suite de l’aggravation des previsions economiques, le FMI et l’Union europeenne se sont accordes pour un plan d’aide de 110 milliards. En contrepartie, la Grece s’est engagee a une reduction de 30 milliards d’euros en trois ans, pour ramener le deficit a 3 % du PIB en 2014.
Les mesures. Sont prevus un gel des salaires dans la fonction publique jusqu’en 2014, la suppression des 13e et 14e mois et d’autres primes pour les fonctionnaires touchant des hauts salaires, une baisse des retraites de 7 % en moyenne couplee a un report de l’age de depart a la retraite, une hausse de taxes sur les carburants, l’alcool et le tabac et une hausse de la TVA (de 21 a 23 %). Consequence : outre la colere populaire qui s’est manifestee dans les rues, parfois violemment, le PIB devrait se contracter de 4 % en 2010, de 2,6 % en 2011 pour repasser dans le vert en 2012.
IRLANDE : HARO SUR LES FONCTIONNAIRES
Etats des lieux. L’Irlande est entree en recession des l’annee 2008. En 2009, le pays a connu un deficit de 14,3 % du PIB, portant la dette publique a 64 % du PIB. En avril, le taux de chomage etait de 13,4 %. En 2009, le gouvernement a adopte deux plans d’austerite successifs, pour economiser 3 puis 4 milliards d’euros et stabiliser le deficit public a 11,6 % en 2010.
Les mesures. Les allocations sociales vont etre reduites, meme pour les chomeurs, et les salaires des fonctionnaires vont connaitre des reductions allant de 5 a 15 %. Pour donner l’exemple, le premier ministre, Brian Cowen, a reduit son propre salaire et celui de ses ministres de 15 %. Une taxe carbone et une taxe sur l’eau vont etre mises en place ainsi qu’une hausse generale des impots sur le revenu.
PORTUGAL : LES HAUTS SALAIRES TAXES
Etats des lieux. En 2009, le Portugal a connu un deficit historique de 9,4 % du PIB portant la dette publique a 76,8 % du PIB. Cette derniere pourrait grimper a 90 % en 2012. Fin 2009, le taux de chomage etait de 10 %. Le 7 mai, le premier ministre, Jose Socrates, s’est engage a ramener le deficit a 7,3 % en 2010. Jeudi 13 mai, des nouvelles mesures ont ete annoncees pour accelerer la reduction du deficit budgetaire et ramener le deficit public a 4,6 % en 2011.
Les mesures. Ont deja ete annonces le gel des salaires dans la fonction publique, la suppression de certaines allocations et un vaste plan de privatisation dans les transports, l’energie, les assurances et la poste. De plus, des investissements publics sont reportes, comme la construction du nouvel aeroport de Lisbonne, et une nouvelle tranche d’imposition a 45 % est prevue pour les revenus superieurs a 150 000 euros par an. Les mesures additionnelles comprennent une hausse exceptionnelle de l’impot sur le revenu (jusqu’a 1,5 %) et sur les benefices (jusqu’a 2,5 %) ainsi qu’une hausse de la TVA d’un point, a 21 %. Une surtaxe sera en outre appliquee sur les benefices des grandes entreprises superieurs a 2 millions d’euros et sur les plus hauts salaires de la fonction publique, et les remunerations des elus et des membres du gouvernement seront amputes de 5 %.
ROUMANIE : DES MESURES DRACONIENNES
Etats des lieux. En 2009, la Roumanie a connu un deficit public de 7,2 % du PIB portant la dette publique a 30 % du PIB. En avril, le taux de chomage etait de 8,07 %, en legere baisse par rapport au mois de mars. Dimanche, le gouvernement roumain et le Fonds monetaire international ont trouve un accord sur un deficit public de 6,8 % en 2010, en hausse de pres d’un point par rapport au taux initialement prevu. Depuis 2009 deja, la Roumanie beneficie d’un programme d’aide de 20 milliards d’euros de la part du FMI, de l’Union europeenne et de la banque mondiale.
Les mesures. Jeudi 6 mai, le president a annonce des mesures draconiennes, qui incluent une baisse de 25 % des salaires dans le secteur public et de 15 % des retraites et des allocations chomage. “Tous les salaires seront affectes, y compris le salaire minimum, mais le gouvernement compensera cette perte, jusqu’a hauteur de 600 lei” (environ 160 euros), a-t-il precise.
ITALIE : DES AJUSTEMENTS
Etats des lieux. En 2009, l’Italie a connu un deficit public de 5,3 % du PIB portant la dette publique a un niveau record de 115,8 % du PIB. En mars, le taux de chomage etait de 8,8 %, un record depuis 2002. Le gouvernement de Silvio Berlusconi, qui a suivi une ligne de rigueur durant la crise et n’a pas engage de plan de relance massif, ne cesse de repeter que la situation italienne n’est pas comparable a celle de la Grece, du Portugal ou de l’Espagne. Il s’est engage a faire revenir le deficit sous la barre des 3 % imposee par le pacte de stabilite europeen en 2012. Cette correction representera globalement 1,6 % du PIB, soit une economie d’environ 25 milliards d’euros sur les annees 2011-2012.
Les mesures. Cependant, le gouvernement italien a refuse, jeudi, de debloquer des fonds pour permettre a quatre regions du pays de combler le deficit de leur budget en matiere de sante, ce qui va les obliger a augmenter les impots locaux. En outre, selon la presse, le gouvernement etudierait tout de meme un gel d’un an des salaires des fonctionnaires et la prolongation du gel des embauches dans l’administration, ce qui pourrait representer une economie d’au moins 2 milliards d’euros. Le porte-parole du ministere de l’economie s’est refuse a tout commentaire sur ces informations. Le gouvernement pourrait egalement reduire les depenses en matiere de medicaments dans les hopitaux.
FRANCE : OFFICIELLEMENT, PAS DE RIGUEUR
Etats des lieux. En 2009, la France a connu un deficit record de 7,5 % du PIB portant la dette publique a 78,1 % du PIB. Au premier trimestre 2010, le taux de chomage etait de 10,1 %. Officiellement, aucun plan de rigueur n’a ete annonce. Mais un certain nombre de mesures vont etre mises en place dans l’objectif de ramener le deficit public en dessous de 3 % du PIB en 2013.
Les mesures. Le 6 mai, Francois Fillon a annonce un gel des depenses pour les trois ans a venir, des coupes dans les niches fiscales et une baisse du train de vie de l’Etat. Quatre jours plus tard, Nicolas Sarkozy a annonce l’abandon de mesures sociales adoptees en 2009 face a la crise, en expliquant qu’il fallait “engager maintenant le redressement des finances publiques” deja evoque avec l’annonce du gel des depenses de l’Etat.
Le Monde.fr

Read the article on Le Monde

Postat de pe data de 14 mai, 2010 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 175 ori.

Publica un raspuns