Avant d’aller en Serbie mercredi, les Bleus doivent s’imposer ce soir au Stade de France pour continuer a rever de Coupe du monde en Afrique du Sud.

Le precipice est a nos pieds. L’abime d’un desastre qu’on n’aurait jamais cru possible pour cette generation douee. Le rendez-vous dionysien de ce soir, comme celui en Serbie mercredi, est un de ces carrefours de l’histoire du football francais qui peut conduire au debut d’une aventure ou faire exploser l’equipe de France, comme France?Bulgarie en 1993. La peur au ventre ? Les Bleus affirment qu’ils ne l’ont pas : « L’equipe de France joue gros mais on oublie les inquietudes sinon on n’avance pas », analyse le defenseur Julien Escude. Les inquietudes sont pour Jean-Pierre Escalettes. Le president de la Federation francaise de football est tres sceptique quant a une qualification des joueurs de Raymond Domenech pour le rendez-vous sud-africain. Une situation dont il est en partie responsable : il a ete un ardent defenseur du selectionneur apres le fiasco de l’Euro. Les doutes d’Escalettes n’ont pas plu a plusieurs joueurs et elles n’ont fait qu’aggraver le climat de tensions et de doutes qui pese sur les Bleus. Le public du Stade de France est aussi attendu au tournant. Versatile, siffleur, saura-t-il transcender les difficultes pour soutenir son equipe dans sa quete d’Afrique ? « Si les supporteurs veulent faire leur boulot, ils le font, s’ils ne veulent pas le faire, ce n’est pas grave », estime le defenseur Patrice Evra. Avec ou sans les 80.000 spectateurs, il faudra vaincre.

Ces Roumains n’ont pas le pedigree des grands predateurs mais ils sont capables d’embeter ces Bleus, meme sans leur catalyseur, Adrian Mutu. L’an passe a l’Euro, les Francais s’etaient empetres dans les mailles du filet roumain dans un match d’une incroyable lenteur termine par un piteux 0-0. Ils avaient arrache un 2-2 aux forceps en territoire roumain lors du match aller des qualifications du Mondial a Constanta en octobre dernier.

« C’est complique contre les Roumains car c’est toujours tres physique, et ils sont un peu ?tricheurs?, commente le joueur Nicolas Anelka. Il faudra y aller a fond des le debut. Si on arrive a marquer dans le premier quart d’heure, je pense qu’on deroulera tranquillement derriere. » Mais voila, dans sa lettre au Pere Noel, Raymond Domenech a oublie de demander une attaque pour son onze. A l’avant, malgre des joueurs de classe internationale comme Thierry Henry, Nicolas Anelka ou Karim Benzema, les Bleus tournent a peine a plus d’un but par match : « Si on continue de marquer peu de buts et de gagner les matchs, ca me va », a rigole Domenech hier. Franck Ribery, le seul capable de faire jaillir l’etincelle, debutera sur le banc. Andre-Pierre Gignac n’est encore qu’un brillant bizuth. Ce onze bleu malade a besoin d’un gros pansement des ce soir pour croire en sa guerison.

Nul besoin de preciser que Raymond Domenech joue le prolongement de son bail lors des deux rencontres a venir meme s’il est assure par Jean-Pierre Escalettes de finir la campagne de qualification pour le Mondial. Lui aussi est a un carrefour de son histoire avec les Bleus. En cas d’echec, il sera cloue au pilori et plutot deux fois qu’une. En cas de qualification, ce sera a peine le debut d’une redemption. n

L’abime d’un desastre qu’on n’aurait jamais cru possible pour cette generation douee.

Read the article on La Tribune

France-Roumanie : la peur du vide

Avant d’aller en Serbie mercredi, les Bleus doivent s’imposer ce soir au Stade de France pour continuer a rever de Coupe du monde en Afrique du Sud.

Le precipice est a nos pieds. L’abime d’un desastre qu’on n’aurait jamais cru possible pour cette generation douee. Le rendez-vous dionysien de ce soir, comme celui en Serbie mercredi, est un de ces carrefours de l’histoire du football francais qui peut conduire au debut d’une aventure ou faire exploser l’equipe de France, comme France?Bulgarie en 1993. La peur au ventre ? Les Bleus affirment qu’ils ne l’ont pas : « L’equipe de France joue gros mais on oublie les inquietudes sinon on n’avance pas », analyse le defenseur Julien Escude. Les inquietudes sont pour Jean-Pierre Escalettes. Le president de la Federation francaise de football est tres sceptique quant a une qualification des joueurs de Raymond Domenech pour le rendez-vous sud-africain. Une situation dont il est en partie responsable : il a ete un ardent defenseur du selectionneur apres le fiasco de l’Euro. Les doutes d’Escalettes n’ont pas plu a plusieurs joueurs et elles n’ont fait qu’aggraver le climat de tensions et de doutes qui pese sur les Bleus. Le public du Stade de France est aussi attendu au tournant. Versatile, siffleur, saura-t-il transcender les difficultes pour soutenir son equipe dans sa quete d’Afrique ? « Si les supporteurs veulent faire leur boulot, ils le font, s’ils ne veulent pas le faire, ce n’est pas grave », estime le defenseur Patrice Evra. Avec ou sans les 80.000 spectateurs, il faudra vaincre.

Ces Roumains n’ont pas le pedigree des grands predateurs mais ils sont capables d’embeter ces Bleus, meme sans leur catalyseur, Adrian Mutu. L’an passe a l’Euro, les Francais s’etaient empetres dans les mailles du filet roumain dans un match d’une incroyable lenteur termine par un piteux 0-0. Ils avaient arrache un 2-2 aux forceps en territoire roumain lors du match aller des qualifications du Mondial a Constanta en octobre dernier.

« C’est complique contre les Roumains car c’est toujours tres physique, et ils sont un peu ?tricheurs?, commente le joueur Nicolas Anelka. Il faudra y aller a fond des le debut. Si on arrive a marquer dans le premier quart d’heure, je pense qu’on deroulera tranquillement derriere. » Mais voila, dans sa lettre au Pere Noel, Raymond Domenech a oublie de demander une attaque pour son onze. A l’avant, malgre des joueurs de classe internationale comme Thierry Henry, Nicolas Anelka ou Karim Benzema, les Bleus tournent a peine a plus d’un but par match : « Si on continue de marquer peu de buts et de gagner les matchs, ca me va », a rigole Domenech hier. Franck Ribery, le seul capable de faire jaillir l’etincelle, debutera sur le banc. Andre-Pierre Gignac n’est encore qu’un brillant bizuth. Ce onze bleu malade a besoin d’un gros pansement des ce soir pour croire en sa guerison.

Nul besoin de preciser que Raymond Domenech joue le prolongement de son bail lors des deux rencontres a venir meme s’il est assure par Jean-Pierre Escalettes de finir la campagne de qualification pour le Mondial. Lui aussi est a un carrefour de son histoire avec les Bleus. En cas d’echec, il sera cloue au pilori et plutot deux fois qu’une. En cas de qualification, ce sera a peine le debut d’une redemption. n

L’abime d’un desastre qu’on n’aurait jamais cru possible pour cette generation douee.

Read the article on La Tribune

Postat de pe data de 31 dec., 2009 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 354 ori.

Publica un raspuns