Une manifestation à Bucarest devant le Palais présidentiel où les travailleurs sont venus protester notamment contre la baisse des salaires.

Le gouvernement roumain, empêché par la Cour constitutionnelle de réduire le montant des retraites, a dû trouver ailleurs les moyens de réduire son déficit public et ainsi recevoir l’aide du FMI. C’est finalement la TVA qui va augmenter. L’augmentation de cet impôt, qui pèse sur la consommation, est une méthode qui s’étend en Europe et ailleurs.

En Roumanie, la TVA, déjà élevée à 19%, va faire un bond à 24%. Les consommateurs roumains vont trouver la facture salée.

Dans le cadre de son budget d’austérité pour 2011, le gouvernement britannique vient de décider, lui aussi, de relever la TVA de 17,5 à 20%, là encore les étiquettes vont valser.

En Espagne, la TVA va augmenter de deux points et, en Grèce, la hausse de la TVA s’accompagne de l’augmentation des taxes sur le tabac, l’alcool et les carburants.

Au Portugal où le plan de rigueur a entraîné de grandes manifestations, à la hausse de la TVA s’ajoute une progression de l’impôt sur le revenu des ménages. Le gouvernement tchèque devrait bientôt suivre le même chemin avec une augmentation de 10 à 12% de cette taxe. Le Japon envisage un doublement mais à partir d’un niveau relativement bas qui la ferait passer de 5 à 10%.

Le gouvernement français rejette l’idée d’une hausse de la TVA et le gouvernement allemand, pourtant à la pointe de la rigueur, a dû y renoncer pour échapper à trop d’impopularité.

Read the article on Radio France Internationale

La Roumanie augmente la TVA pour limiter son déficit, à l’instar d’autres pays

Une manifestation à Bucarest devant le Palais présidentiel où les travailleurs sont venus protester notamment contre la baisse des salaires.

Le gouvernement roumain, empêché par la Cour constitutionnelle de réduire le montant des retraites, a dû trouver ailleurs les moyens de réduire son déficit public et ainsi recevoir l’aide du FMI. C’est finalement la TVA qui va augmenter. L’augmentation de cet impôt, qui pèse sur la consommation, est une méthode qui s’étend en Europe et ailleurs.

En Roumanie, la TVA, déjà élevée à 19%, va faire un bond à 24%. Les consommateurs roumains vont trouver la facture salée.

Dans le cadre de son budget d’austérité pour 2011, le gouvernement britannique vient de décider, lui aussi, de relever la TVA de 17,5 à 20%, là encore les étiquettes vont valser.

En Espagne, la TVA va augmenter de deux points et, en Grèce, la hausse de la TVA s’accompagne de l’augmentation des taxes sur le tabac, l’alcool et les carburants.

Au Portugal où le plan de rigueur a entraîné de grandes manifestations, à la hausse de la TVA s’ajoute une progression de l’impôt sur le revenu des ménages. Le gouvernement tchèque devrait bientôt suivre le même chemin avec une augmentation de 10 à 12% de cette taxe. Le Japon envisage un doublement mais à partir d’un niveau relativement bas qui la ferait passer de 5 à 10%.

Le gouvernement français rejette l’idée d’une hausse de la TVA et le gouvernement allemand, pourtant à la pointe de la rigueur, a dû y renoncer pour échapper à trop d’impopularité.

Read the article on Radio France Internationale

Postat de pe data de 28 iun., 2010 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 385 ori.

Publica un raspuns