Déterminée à accélérer les reconduites, la France a renvoyé hier 284 Roms de plus en Roumanie, mais se dit prête à travailler avec Bruxelles.

Après des vols médiatisés la semaine dernière, deux nouveaux avions « spécialement affrétés » sont arrivés en fin d’après-midi à Bucarest.

Au total, 284 Roumains roms sont sortis de l’aéroport de Bucarest-Aurel Vlaicu, selon des chiffres de la police roumaine des frontières.

« Je n’ai pas trouvé de travail pendant trois mois, alors j’ai préféré rentrer », a confié Ion Stancu, 52 ans. « Mais mon Dieu, qu’est-ce que je vais faire maintenant pour pouvoir vivre avec mes huit petits-enfants ? », a-t-il lancé, les larmes aux yeux.

Mercredi, le ministre de l’Immigration Eric Besson avait annoncé une « accélération des reconduites de ressortissants bulgares et roumains », sans dire précisément qu’il s’agissait de Roms.

Entre le 1er janvier et le 26 août, 8 313 Roumains et Bulgares ont été raccompagnés, en grande majorité « de manière volontaire », contre 9 875 pour toute l’année 2009, selon M. Besson.

Ces chiffres ont été divulgués en pleine visite de concertation à Paris de deux ministres roumains (voir DNA d’hier).

La France a été critiquée par l’ONU, la Commission européenne, le Conseil de l’Europe et par le Vatican.

La Commission a exprimé une « certaine inquiétude » et les socialistes au Parlement européen ont jugé « épouvantables » les renvois de Roms, appelant l’UE à « condamner » la « violation » par la France de la législation européenne sur la libre circulation des personnes.

Le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, a regretté la « surenchère verbale » dans la politique gouvernementale.

L’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International a appelé la France à « cesser immédiatement de stigmatiser les Roms et les gens du voyage », alors que le collectif Romeurope, a dénoncé une « chasse aux Roms » qui sert d’« écran de fumée » pour occulter les « vrais problèmes », comme la crise du logement et l’insécurité.

DRAPEAU.- François Fillon a affirmé hier que le drapeau français n’était «pas une banderole sur laquelle on écrit un slogan», allusion à l’attaque de Dominique de Villepin qualifiant de «tache de honte sur notre drapeau» la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy.

Read the article on Dernieres Nouvelles D’Alsace

Roms / Vers la Roumanie

Déterminée à accélérer les reconduites, la France a renvoyé hier 284 Roms de plus en Roumanie, mais se dit prête à travailler avec Bruxelles.

Après des vols médiatisés la semaine dernière, deux nouveaux avions « spécialement affrétés » sont arrivés en fin d’après-midi à Bucarest.

Au total, 284 Roumains roms sont sortis de l’aéroport de Bucarest-Aurel Vlaicu, selon des chiffres de la police roumaine des frontières.

« Je n’ai pas trouvé de travail pendant trois mois, alors j’ai préféré rentrer », a confié Ion Stancu, 52 ans. « Mais mon Dieu, qu’est-ce que je vais faire maintenant pour pouvoir vivre avec mes huit petits-enfants ? », a-t-il lancé, les larmes aux yeux.

Mercredi, le ministre de l’Immigration Eric Besson avait annoncé une « accélération des reconduites de ressortissants bulgares et roumains », sans dire précisément qu’il s’agissait de Roms.

Entre le 1er janvier et le 26 août, 8 313 Roumains et Bulgares ont été raccompagnés, en grande majorité « de manière volontaire », contre 9 875 pour toute l’année 2009, selon M. Besson.

Ces chiffres ont été divulgués en pleine visite de concertation à Paris de deux ministres roumains (voir DNA d’hier).

La France a été critiquée par l’ONU, la Commission européenne, le Conseil de l’Europe et par le Vatican.

La Commission a exprimé une « certaine inquiétude » et les socialistes au Parlement européen ont jugé « épouvantables » les renvois de Roms, appelant l’UE à « condamner » la « violation » par la France de la législation européenne sur la libre circulation des personnes.

Le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, a regretté la « surenchère verbale » dans la politique gouvernementale.

L’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International a appelé la France à « cesser immédiatement de stigmatiser les Roms et les gens du voyage », alors que le collectif Romeurope, a dénoncé une « chasse aux Roms » qui sert d’« écran de fumée » pour occulter les « vrais problèmes », comme la crise du logement et l’insécurité.

DRAPEAU.- François Fillon a affirmé hier que le drapeau français n’était «pas une banderole sur laquelle on écrit un slogan», allusion à l’attaque de Dominique de Villepin qualifiant de «tache de honte sur notre drapeau» la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy.

Read the article on Dernieres Nouvelles D’Alsace

Postat de pe data de 27 aug., 2010 in categoria România în lume. Poti urmari comentariile acestui articol prin RSS 2.0. Acest articol a fost vizualizat de 309 ori.

Publica un raspuns